Coûts et campagne (version d'archives)


Les campagnes politiques sont très encadrées par la loi. Jusqu'à présent, grosso modo seuls les partis politiques existants bénéficient d'un financement. Tout candidat qui atteint plus de 5% voit une partie de ses dépenses remboursées.

Les coûts imposés sont ceux de l'impression des bulletins de vote, des affiches légales et de la profession de foi du candidat (feuille publicitaire). Nous estimons ces coûts entre 3.500 et 6.000 euros pour une circonscription aux élections législatives. C'est un minimum obligatoire.

Ce système permet en théorie à de nouveaux candidats de se présenter, mais dans les faits, à cause des contraintes financières, réduit de beaucoup les possibilités de voir émerger de nouvelles candidatures. A moins de présenter un plan de financement solide (ce que nous proposons).

Déroulement de notre campagne

Nous ne voulons pas qu'un candidat débourse de l'argent de son propre compte.

N'étant pas connus, il nous faut faire nous-même notre publicité. Ne nous leurrons pas, nous n'aurons aucun média. C'est donc au candidat et à son suppléant de faire du porte-à-porte pour se présenter avec son programme.

A la fin de l'entretien, le candidat demande si la personne souhaite aider au financement de la campagne. Ce mode de récolte de fonds est très encadré, au niveau de la Préfecture. Suite à des premiers tests sur le terrain, on peut obtenir entre 50 et 100 euros par journée pleine, soit, en tenant compte des journées creuses (pluie, froid, mais aussi moral en berne...), financer une campagne entre 3 et 5 mois.

Avantages de notre campagne

Aucun autre candidat n'aura montré autant d'intérêt que nous auprès des gens : qui a déjà eu des candidats à la députation qui sonnent chez lui, pour présenter de vive voix son programme, et s'intéresser à la vie des gens dans sa circonscription ? Personne.

Ce simple fait d'avoir parlé aux gens permet d'obtenir un bon taux de « basculement » lors des votes : une bonne part des Français ne se reconnaît pas dans les partis existants (du FN au PC). Ils votent par habitude, par moindre choix. Mais si on montre de l'intérêt pour eux, l'électeur a de grandes chances de s'en souvenir au moment du vote.

Les tracts, les prospectus ?

On n'en a pas, pour cause de réduction des coûts. Et on préfère aussi que les candidats parlent plutôt que de distribuer des papiers qui ont de grandes chances d'être jetés.



   

Il est 0 h 17 min. Page créée en 15 ms.
\