Représentativité à l'Assemblée nationale


Depuis plus de 20 ans le chômage apparait en France comme le problème que les classes politiques ne savent pas résoudre.

Nous demandons à ce que les chômeurs eux-même puissent prendre des initiatives, dans des mesures acceptables.

Les initiatives demandées : au moins pouvoir proposer des lois. Ces lois ne seront pas contraignantes : elles devront permettre au demandeur d'emploi d'accéder à un travail s'il le désire.

Pour cela, il faudrait que des chômeurs aient accès au moins à l'Assemblée nationale. Nous ne demandons pas l'impossible, nous demandons simplement que les députés en leur sein représentent, dans une proportion identique à celle de la population française, des chômeurs. Il y a 577 députés, on souhaite que 10% des sièges (soit une cinquantaine) soit réservée à des chômeurs, d'anciens chômeurs ou des précaires. Même si 9% de chômeurs est le taux de chômage de la population active en France admis par les autorités. Mais suivant les modes de calcul, il peut être nettement supérieur. Notre demande d'avoir 10% de chômeurs et précaires nous représentant doit être considérée comme « modérée ».

Nous n'avons pas d'autre critère que celui d'avoir connu la précarité ces dernières années. Aujourd'hui, nous devons nous résoudre à constater que seuls les chômeurs ou ceux qui sont passés par des périodes de chômage savent les efforts qu'il faut faire. Par notre présence à l'Assemblée nous pourrons insister pour que des dispositifs efficaces soient rapidement mises en oeuvre.

Mais nos esprits sont formatés par 20 ans de pouvoirs politiques, de droite comme de gauche, qui n'ont pas été capables de résoudre le problème du chômage.



   

Il est 13 h 53 min. Page créée en 3 ms.
\